25 juillet 2024

TSHOPO KWETU

L'autre face de la Tshopo

Réseaux sociaux et la jeunesse Congolaise : une question d’identité culturelle et individuelle.

Lecture
Getting your Trinity Audio player ready...

Depuis la genèse du vingt-et-unième siècle, l’on parle de plus en plus de « village planétaire», terme désignant le rapprochement et la liaison que l’Internet crée entre populations de plusieurs contrées largement éloignées. Le monde, à travers les réseaux sociaux, est devenu une petite île où mœurs et cultures de plusieurs communautés humaines se côtoient, ou parfois se fusionnent et se dominent. Dans ce nouveau problème de mélange culturel et d’identité numérique, les jeunes, Congolais surtout, sont les plus atteints et victimes inconscientes.

Problème culturel et identitaire

Les réseaux sociaux sont des carrefours de rencontre avec le monde. À ce rendez-vous culturel, il n’est pas que contact et avantages d’être connecté à l’humanité entière ; mais aussi, les influences et dominations que certaines cultures accentuent sur d’autres.

Malheureusement, la culture Congolaise est parmi les plus dominées. Considérons, à titre illustratif, le comportement des jeunes sur les réseaux sociaux. En effet, il est une évidence que la majorité affiche un comportement odieux et déplorable sur Facebook, Instagram et Tik Tok. Propos injurieux et diffusion des photos et vidéos à caractère pornographique sont devenus une spécialité de plusieurs. Pour échapper au contrôle parental, certains utilisent des pseudonymes.

Ainsi, il y a des plus en plus des jeunes qui adoptent des habitudes vestimentaires inspirées des stars qu’ils suivent sur les réseaux sociaux. Les jeunes sont en perte d’identité : réputés modèles, respectueux dans la vraie vie, mais impoli, Bad boys(Girls) sur le net.

L’oisiveté et manipulation

Si en Europe des jeunes utilisent l’Internet et les réseaux sociaux pour se faire de l’argent et développer leurs connaissances dans certains domaines, en Afrique, plus particulièrement en RDC, les jeunes sacrifient leurs forfaits internet, péniblement achetés, en passant toute la journée entrain de lire de vidéos des humoristes et influenceurs de nom. Ajouter à ce gâchis l’habitude de ne pas réviser les notes à la maison et la navigation aux heures de cours.

Selon plusieurs enquêtes, il est prouvé que moins de jeune Congolais consulte les médias en ligne ou certains sites pour s’informer. Où quand ils consultent des sites, c’est soit un site de vérification de résultats de matchs pariés ; soit un site en rapport avec le divertissement.

Avec une population
majoritairement jeune, mais qui passe plus de dix-huit heures sur vingt-quatre sur les réseaux sociaux. La RDC court un grand danger suite à cet esprit oisif. C’est premièrement la diffusion des Fake news et intox qui se fait en vitesse vertigineuse. Les jeunes sont manipulés et ballotés par tous vent que créent des gens mal intentionnés.

Solutions

Les jeunes sont mal instruits sur l’utilisation raisonnable des réseaux sociaux et internet. Il nécessite une campagne de rééducation bien précise sur ce domaine, voire, vu les enjeux, un cours entièrement dédié à la promotion des bonnes valeurs sur les réseaux sociaux.

Ainsi dès le bas âge, les jeunes pourront s’imprégner de bonnes valeurs à présenter au monde, par l’Internet. Aussi, convient-il, une politique de formation des jeunes sur «comment gagner de l’argent sur les net» en fin de lutter, tant soit peu, contre le chômage.

 

Patrick Isamene

A propos de l'auteur

Partagez