25 juillet 2024

TSHOPO KWETU

L'autre face de la Tshopo

Pourquoi pas une formation agro-militaire pour les étudiants ?

Lecture
Getting your Trinity Audio player ready...

 

La République démocratique du Congo est agressée par les rebelles, il y a plus de deux décennies. Depuis le 13 juin de cette année, la cité de Bunagana est occupée par les M23, soutenus par le Rwanda d’après les autorités congolaises. Cette occupation intervient dix ans après une autre occupation de cette cité par la même rébellion.

Par conséquent, certains acteurs de l’ESU, pour répondre à l’appel de la mobilisation générale du Président de la république proposent Une formation à la préparation militaire des étudiants. Le ministre de l’ESU a donné son feu vert, c’est-à-dire la proposition est validée

 

Une vielle ennemie dans nos maisons 

Il est évident que face à l’agression de l’Est de la RDC, toutes les institutions se manifestent en sursaut pour défendre l’intégrité nationale. Mais je crois que notre pays semble s’occuper d’un seul ennemi alors que nous avons un vieil ennemi dans nos locaux. Que le nouvel ennemi ne nous fasse point oublier l’ancien.

Comme la plupart des pays africains, la RDC fait face à la famine, aiguë parfois. Nous avons un sol inutilement fertile et les eaux entourent nos terres. Malgré ces avantages, notre pays ne pense pas à une production agricole sérieuse afin de vaincre la famine une fois pour toutes. Si dans l’Est, l’insécurité empêche la production agricole ; dans les régions calmes, l’on peut produire des quantités suffisantes.

Maintenant, que la nation est favorable à la formation militaire des étudiants, moi, je crois qu’il vaut mieux proposer une formation agricole obligatoire, à tous les nouveaux diplômés, pendant un an ou deux ans, pour alimenter la production nationale pouvant nous permettre de devenir un pays exportateur de divers aliments.

 

La preuve de cette proposition est bien claire. Pour ne pas rappeler le fait, sous le règne de Mao Zedong en Chine, cette expérience avait connu des résultats palpables permettant au pays d’être sur le podium des puissances économiques. Un investissement, qui, en RDC, peut être fortement critiqué, mais avec le temps, on pourra en être fier.

Étant donné que la proposition militaire est déjà validée, je crois qu’il n’est pas trop tard d’y ajouter l’agriculture. Un an de formation militaire et un an de formation agricole ou les deux mélangées pendant deux ans.

C’est de cette façon que nous aurons une armée forte et une immunité fortifiée par une alimentation de nos productions agricoles et deviendrons premier pays producteur de tel ou tel produit.

 

Richard Aukumwana

A propos de l'auteur

Partagez