25 juillet 2024

TSHOPO KWETU

L'autre face de la Tshopo

UNIKIS : Shaumba plus valeureux que la bibliothèque centrale ?

Lecture
Getting your Trinity Audio player ready...

 

À l’instar des auditoires où se dispensent les cours, les étudiants de l’université de Kisangani ont deux autres milieux où ils passent le reste de leur temps, sur le campus central. Cité Toengaho, communément appelée ”Shaumba” et la Bibliothèque centrale. Ces deux endroits sont en contraste.

Shaumba est un espace d’environ 30 mètres de largeur et 100 mètres de longueur. Son ciel est toujours comblé des fumées qui témoignent de la préparation des banquets. Son atmosphère festive paraît un oasis à toutes les têtes qui viennent d’endurer des ardents travaux lors des heures du cours.

Quant à la bibliothèque, c’est là où l’esprit s’épanouit. Ses séjours sont caractérisés par un brillant silence qui permet aux esprits scientifiques de perfectionner leurs capacités. C’est un bâtiment que Socrate allait tout sacrifier pour y habiter.

Le choix des étudiants

Un constat amer est observé au cercle des étudiants. Les étudiants ont fait de Shaumba un second auditoire. Étant en quête de la perfection intellectuelle, ils devraient nourrir leurs têtes par la fréquentation régulière de la bibliothèque. Mais la jouissance corporelle passe avant tout.

À en croire les registres de fréquentation à la bibliothèque centrale, en une journée, pas plus de 15 étudiants y passent retirer les manuels. La salle de lecture peut être occupée, mais en majorité par ceux qui viennent revoir leurs notes des cours, à la veille d’une épreuve. Pendant ce temps, shaumba reste également à lui-même.

À midi, tout est mouvementé. À cet instant ou à un autre moment donné, aucun étudiant ou étudiante ne pense à séjourner dans la bibliothèque. En le personnifiant,  Shaumba est au seuil de la journée pour les étudiants, un petit Jésus sur la crèche ; au midi, seigneur qui promet la vie et au déclin de la journée, le sacrificateur d’où toute âme estudiantine qui a soif et qui a faim doit se rapprocher de son ombre.

le butin de la fête

Pourtant le bonheur qu’offre l’espace Shaumba n’est pas si important pour l’âme estudiantine. La quête des étudiants devrait se nourrir dans la bibliothèque,mais étant donné que leurs yeux sont bandés par les merveilles de Shaumba, ils ne demeurent que des aveugles pourvu des yeux qui voient. Comme conséquence, la faiblesse intellectuelle s’accroît chez les étudiants et partout règne le slogan suivant : « l’université crée des étudiants qui ne sont pas étudiants»

Norbert Masudi katembo

A propos de l'auteur

Partagez