25 juillet 2024

TSHOPO KWETU

L'autre face de la Tshopo

Covid-19, ce virus qui nous sanctifie !

Lecture
Getting your Trinity Audio player ready...

 

La Covid-19 a réussi, grâce à sa viralité, à ralentir l’avancée de l’humanité. De son poids, si pesant que de tonnes de pierres, Corona a occupé, pendant un bon nombre de temps, tous les espaces publics couramment fréquentés. Sans aller à l’église, certains sont devenus saints et d’autres chastes.

Apparue en RDC en mars 2020, l’agent pathogène de la Covid-19, le sars-cov-2, est à l’origine de plusieurs restrictions : confinement, distanciation physique, télétravail… Pourtant ce Terrible virus nous a épargnés de certains péchés. Nos habitudes ont été fomentées à la guise de cette pathologie virale.

Le vaccin, notre sauveteur 

Jacob (nom d’emprunt) est réputé dans son quartier comme le Magellan moderne. Il ne peut jamais passer toute une heure sans se déplacer pour ses errances. Depuis l’avènement de la Covid-19, son comportement a rapidement changé.

Alors qu’un jour, sa maman le taquine parce qu’il ne veut plus mettre ses pieds dehors, une réponse sèche sort bien de ses lèvres : “Maman, je ne peux pas sortir en vain, je dois me protéger”, dit-il dans le but d’éviter toute contamination. 

Soucieux de retrouver sa liberté, il a beaucoup prié, tel un saint, afin qu’un vaccin soit disponible. Pour lui, se vacciner avant qu’il ne contracte le virus lui sortirait de cette prison de confinement. 

La distanciation sociale m’a tuée

La Covid-19 a apporté beaucoup de restrictions. Ce virus a interdit aux humains de se mettre côte à côte, pour ne pas propager le variant. Même les mariages, planifiés durant cette période, ont été annulés. Triste ! Il a précipité la fermeture des milieux scolaires et universitaires, des boîtes de nuit… Et malgré la fermeture des églises, la Covid-19 a créé plus de saints qu’on ne pourrait l’imaginer.

Avec les gestes barrières, des rencontres et câlins sont interdits. Marie (nom d’emprunt) ne verra pas son copain aussitôt afin de le baisoter. Sur le réseau, elle lui écrit : “Bébé, la distanciation m’a tuée”. Leurs petits moments de convivialité lui manquent désormais. Ainsi, en se vaccinant, elle pense revivre tous ses instants d’amour, après sa période sainte et des prières; ces instants d’abstention.

 

Marie et Jacob sont si heureux d’apprendre le début de la campagne de vaccination contre la covid-19. Leur système immunitaire sera renforcé et ils pourront reprendre bonnement leurs affaires. Sur toute l’étendue de la Tshopo, la vaccination est gratuite et commence le 20 août. Faisons-nous vacciner pour notre bien-être et celui de nos proches. 

Kangamina Musingilwa

A propos de l'auteur

Partagez