25 juillet 2024

TSHOPO KWETU

L'autre face de la Tshopo

Les raisons pour lesquelles la femme peut exercer un Ministère à l’église néo-apostolique

Lecture
Getting your Trinity Audio player ready...

 

La tendance est chaude dans le chef des chrétiens néo-apostoliques de la RDC. Après Kinshasa, certains Boyomais de cette église s’insurgent contre la décision permettant aux femmes d’accéder au sacerdoce d’ici 2023. Cette annonce en faveur de l’ordination des femmes a été faite le mardi, 20 septembre, par le président international de l’église dans une allocution vidéo diffusée dans le monde entier.

Dans son expression, l’Apôtre-Patriarche Jean-Luc Schneider déclare que « les femmes peuvent être investies d’un pouvoir ministériel en raison de l’égalité des sexes et de l’égale dignité entre les sexes. ». Il s’agit, notamment, des ministères de diacre, prêtre et apôtre.

Pourquoi la femme au prêchoir ?

Alors que des mouvements féministes s’imposent de plus en plus, dans tous les domaines, la religion semble ne pas en être épargnée. Des femmes veulent tout autant servir à tous les niveaux que les hommes. Ainsi, certaines femmes chrétiennes décrient la « discrimination » au sein de l’église et semblent satisfaites par cette annonce.

L’Apôtre-Patriarche cite, après une étude biblique (approfondie), les motifs qui suivent :

– L’homme et la femme ont été créés à l’image de Dieu, avec une valeur et une dignité égales, et sont responsables de la même manière ;

– Ni les paroles ni les actes de Jésus ne fournissent de raison claire pour aller à l’encontre de cette volonté de Dieu en matière de Création ;

– Les déclarations isolées de rejet dans les épîtres néo-testamentaires concernant la participation active des femmes au cours du service divin et au sein de la communauté n’ont pas constitué un motif suffisant pour justifier leur exclusion du ministère.

Quand la lutte cesse d’être spirituelle ?

Ce dimanche, 9 octobre, les fidèles de la communauté néo-apostolique boyomaise alimentent feu et fumée pour protester cette décision. Contester, ils en ont droit, mais il n’en demeure pas moins qu’ils doivent canaliser leur procédure. Comparativement à la Bible, leur procédure s’oppose aux Saintes écritures : Éphésiens 6 : 6-18

”…car notre lutte n’est pas contre le sang et la chair, mais contre les principautés, contre les autorités, contre les dominateurs de ces ténèbres, contre la puissance spirituelle de méchanceté qui est dans les lieux célestes…”

En effet, dans l’allocution, L’apôtre-Patriarche a souligné que compte tenu des différences culturelles à l’échelle mondiale : « Le mandat ministériel qui y est associé sera confié partout où il sera accepté par la société et la communauté ».

Puisque les fidèles sont contre l’ordination des femmes, sans être un prophète de malheur, je crois que c’est le début de la rupture hiérarchique que l’église néo-apostolique du Congo amorce. Dieu ne descendra pas pour trancher ce problème. Si sagesse est mise à côté, il sera le début d’une nouvelle aire.

 

Richard Aukumwana

A propos de l'auteur

Partagez